L'Illuminé
Accueil A propos Presse

 

Un bonheur !
Le Canard Enchaîné

Un théâtre qui crève l'écran !
La Provence

Plaisir des sens, des émotions, de la réflexion.
Une réussite.

La Marseillaise

 

 

L'HISTOIRE

Avril 1788, la France est à quelques mois de renverser ses codes sociaux, et pourtant, c'est une autre révolution, bien qu'à ses premiers balbutiements, mais tout aussi déterminée, qui vaut au Chevalier de Casignac d'être maintenu enfermé dans le cachot de la Comtesse de Leauvive : la révolution industrielle.
Depuis la mort de Rousseau, l'invention des «pompes à feu» révolutionne la cadence naturelle qui relie l'homme au souffle de la nature, et l'instinct de ce Chevalier hurle qu'il faut au plus plus vite interdire la multiplication de ces machines qui permettent désormais à un mouvement mécanique de remplacer l'effort musculaire. Guidé par l'excellence de son intuition, il assomme ses contemporains à coups de tirades enfiévrées, excentriques, obscures mais néanmoins visionnaires puisqu'elles nous évoquent tout simplement notre environnement technologique le plus actuel.
La Comtesse de Leauvive, modiste préférée de Marie-Antoinette, à la tête de la première manufacture de métiers à tisser «à vapeur» du Royaume, se retrouve presque malgré elle l'enjeu d'un accord politique et commercial historique. Dans vingt quatre heures, la Reine, Lafayette, quelques ministres et membres du Parlement de Paris, en plus de centaines de commerçants madrilènes, vénitiens, hollandais, visiteront l'entreprise de la Comtesse, afin d'en saluer la réussite, d'en multiplier les commandes, et donc les machines mécanisées.
Diffcile de ne pas faire coïncider l'arrivée tonitruante de ce Chevalier avec ce très officiel rassemblement, mais l'homme prétend n'en rien savoir et même au contraire être venu à la Comtesse - ancienne connaissance – afin qu'elle l'appuie dans la rédaction d'un manifeste visant précisément à interdire la prolifération de ces satanées machines à vapeur.
Pourtant, c'est un magistrat que la Comtesse fait venir au château, dans le but de confondre Casignac en justice; magistrat méfiant qui préféra se déguiser en geôlier pour converser plus librement avec cet esprit éclairé, effectivement traversé d'élucubrations aussi graves que fantaisistes.
Derrière autant de colère, de détermination à garder enfermé cet illuminé, tout indique que la Comtesse dénoue des fils, reliés pour certains à leur histoire ancienne, pour d'autres, contre toute attente, avec l'avenir de son commerce, celui d'une «politique de nuance» que l'un et l'autre pressentent nécessaire d'appliquer à cette ère de profit qui s'annonce, l'ère des inventions nouvelles.